Bandeau
CVX en Belgique francophone
Chercheurs de Dieu, présents au monde...
Descriptif du site
“Quand le Dieu de la Bible se fait violent”

Partage d’une participante à une session animée à la Pairelle par le bibliste Dominique Mertens et Etienne Vandeputte (sj)

Article mis en ligne le 23 novembre 2015
Imprimer logo imprimer

Beaucoup de membres de la CVX de Bruxelles y ont participé, à la suggestion de leur régionale

“Quand le Dieu de la Bible se fait violent”

Pour beaucoup de chrétiens, d’énormes pans de l’Ancien Testament sont illisibles. “Comment Dieu peut-il se montrer aussi violent ?” se demandent-ils. Comment identifier le doux Jésus de l’Evangile à l’Eternel des armées qui décime chevaux et cavaliers ? La liturgie même omet les propos les plus belliqueux, cherchant à ménager nos sensibilités contemporaines. Et pourtant, plus de 100 fois dans l’Ancien Testament, notre bon Dieu revêt le visage de la colère vengeresse.

La violence est aussi souvent présente dans le Nouveau Testament. Pourquoi ? Parce que la violence dans l’Ecriture Sainte nous parle de notre propre violence. C’était le point de départ de la session animée à la Pairelle par le bibliste Dominique Mertens et Etienne Vandeputte (sj), du 23 au 25 octobre 2015. Beaucoup de membres de la CVX de Bruxelles y ont participé, à la suggestion de leur régionale.

Dominique Martens a expliqué que la Bible n’est pas un livre d’histoire, mais d’histoires, autant de façons dont les hommes ont lu et raconté ce qui leur arrivait, souvent de façon symbolique, au fur et à mesure que s’éveillait dans leur coeur la connaissance de la Source de leur vie : d’abord un dieu plus fort (violent) que ceux des peuples voisins, puis l’Unique, le Saint, ensuite le Compatissant, jusqu’à l’Amour que nous connaissons en Jésus Christ. La Bible est donc une série de relectures à la lumière d’une Foi qui mûrit, mais aussi des cultures environnantes, et ce n’est pas fini.

Certes, depuis l’exil, les prophètes ajoutent de plus en plus souvent la tendresse et la miséricorde à la justice et à la puissance de Dieu. Mais le chemin de conversion est long, et les contemporains de Jésus accepteront plus facilement les miracles que le scandale de la croix.

Certaines images de Dieu ne tiennent plus aujourd’hui. Et pourtant la tradition les a gardées car elles expriment que la violence que les anciens projetaient sur Dieu est notre propre violence. Et le récit biblique raconte la conversion de cette violence, il y a quatre mille ans mais aussi dans ma vie, dans celle de ma famille et de ma communauté.

L’Ancien Testament dépeint trois lieux de combat, qui sont toujours ceux où les femmes et les hommes d’aujourd’hui déploient leur violence :
-  la relation de couple qui puise sa violence dans le refus de l’autre lorsqu’on définit l’autre par rapport à soi. C’est le péché d’Adam et Eve, dans le jardin d’Eden ;
-  les divisions dans nos familles (Ex : Caïn et Abel) : ne pas pouvoir se réjouir du bien de l’autre ;
-  la difficulté de vivre en communauté ou la difficulté de vivre ensemble quand on est différents. La tour de Babel en est un bon exemple.

Ce qui est déroutant pour nous, c’est de voir que Dieu ne se met pas en dehors de toutes ces bagarres. Mais c’est justement pour aider à sortir l’homme de sa violence mortifère que Dieu se compromet avec cette violence, sans pour autant se laisser emporter par elle.

Dieu, lent à la colère et plein de pitié, ne s’en lave pas les mains et entre dans le combat. Sauf qu’Il mène le combat autrement. Sa pédagogie est progressive, jusqu’au Golgotha, où le combat final sur la mort est mené par Jésus Christ, à la manière de Dieu, non à la manière des hommes.

Mais alors, pourquoi nos textes sacrés ne gardent-ils pas seulement “la dernière version” : celle du Dieu Père aimant de Jésus Christ ? Parce que Dieu est toujours ailleurs par rapport à nos projections. Toutes ces images de Dieu correspondentent aux mouvements qui nous traversent. La Bible les garde pour les mettre en relation, les faire dialoguer et nous protéger d’une image figée de Dieu, ce qui reviendrait à mettre une idole à sa place. Merci pour ce week-end très éclairant.

Teresa L. - Bruxelles

Calendrier CVX

Évènements à venir

0 | 5 | 10

03-03-2017 : Réunions ESN


puce Plan du site puce Contact puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2008-2017 © CVX en Belgique francophone - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.78.62